Français


Nouvelles 20190916_095417

Publié sur | 1 Comment

Allocution d’ouverture – 37e Chapitre général S. Monica Joseph RJM

Mes chères sœurs,

1. INTRODUCTION

1ère partie

Il y avait une fois un honnête homme qui cherchait le sens à la vie. Un guru lui dit d’entreprendre un voyage à un village lointain. Au cœur du village, il trouverait trois boutiques et c’est là que la sagesse qu’il cherchait lui serait révélée.

Alors l’homme partit, traversa rivières et collines jusqu’à ce qu’il trouve l’endroit. Il entra dans chacune des boutiques mais fut déçu de constater que dans l’une d’elles, on vendait seulement des câbles, dans une autre, des morceaux de bois et dans la troisième, des pièces de métal. Découragé, il se mit en marche vers un endroit pour se reposer.

Comme la nuit tombait et que la lune éclairait le ciel, il entendit la plus belle musique remplissant l’atmosphère. Quel instrument pouvait bien produire de tels sons si sublimes, se demanda-t-il. Il se dirigea vers l’endroit d’où venait la musique. Il fut totalement étonné de découvrir que cette musique céleste venait d’un instrument fait de morceaux de bois et de métal et d’un câble – les mêmes matériaux vendus dans les trois boutiques du village.

À cet instant, il comprit que la clé du sens à la vie consiste à reconnaître ce que nous avons déjà reçu et à mettre tout cela ensemble pour créer de l’harmonie.

C’est la mission qui est entre nos mains maintenant, chères sœurs, pour les semaines qui viennent… mettre ensemble tout ce qui nous a été donné – notre charisme, nos sœurs et nos amis laïcs, nos priorités, les besoins du monde – et en faire une musique.

Prenez un moment maintenant pour vous demander : où vous êtes, comment vous vous sentez et la mission qui vous a été confiée… Nous sommes “rassemblées au nom du Seigneur“ pour faire de la musique… Vous avez été envoyées ici… Vous êtes appelées à être ici… le Seigneur et vos sœurs croient que vous avez de la musique dans vos cœurs…

Fermez les yeux un instant et imaginez toutes les sœurs de votre province ou délégation qui vous ont envoyées en mission… Regardez-les dans les yeux. Écoutez ce qu’elles disent… Sentez leur accolade…

Élargissez votre vision et voyez les sœurs de toute la Congrégation qui vous envoient à cette mission… Voyez les différents visages, les différentes couleurs, les différents styles…

2

Maintenant, regardez plus loin encore et considérez les personnes touchées par le charisme de Jésus-Marie dans le monde entier, l’immense famille de Jésus-Marie répandue sur tous les continents… Eux aussi vous ont envoyées ici…

Imaginez aussi toutes les personnes qui crient pour que leur vie soit touchée par le charisme de Jésus-Marie… Vous êtes ici pour eux aussi.

Et finalement, voyez Dieu le Père, le Fils et l’Esprit-Saint ainsi que Marie, sainte Claudine, la bienheureuse Dina, saint Ignace qui vous envoient et vous supportent dans cette mission

 Comment vous sentez-vous en prenant conscience que les soeurs de la Congrégation vous confient cette mission?  Comment vous sentez-vous en prenant conscience que les gens touchés par le charisme ou en attente d’être touchés vous confient cette mission?  Comment vous sentez-vous en prenant conscience que le Seigneur lui-même vous confie cette mission?  Quelle musique entendez-vous ce matin?

Partie 2 Je sens fortement que nous vivons un moment très significatif… Un moment riche en promesses… un moment plein de possibilités… un moment plein de grâce… Je me souviens du “commencement”, le profond commencement, alors que l’Esprit planait sur le chaos. Je sens que nous commençons aujourd’hui et que l’Esprit plane sur nos “chaos”, notre ignorance, nos appréhensions, nos anxiétés… Et je suis sûre que ce même Esprit qui a transformé le chaos en beauté, la stérilité d’Élisabeth en fécondité, le sein de Marie en source de Vie, nous transformera aussi et nous fera porter du fruit au-delà de nos rêves les plus fous et inimaginables.

En 2016, la Conférence générale tenue ici coïncidait avec l’année de la Miséricorde. À ce moment, nous avons passé les Portes Saintes de Rome et vous avez sans doute fait de même chez-vous. Ce matin, alors que nous sommes assises ici en silence, entrons profondément dans cette expérience. Soyons vraiment présentes au fait d’être ici. Passons la Porte Sainte de notre 37e Chapitre général.

Si tous les fuseaux horaires du monde étaient distants d’une heure, il y en aurait 24. Cependant, certaines zones ne sont distantes que de 30 ou 45 minutes, ce qui fait qu’il y a actuellement 37 fuseaux horaires dans le monde. Et 37 fois, dans les 200 ans d’histoire de notre Congrégation, des capitulaires se sont rassemblées ”au nom du Seigneur” pour former la “suprême autorité législative” représentant l’ensemble de la Congrégation. Un fuseau horaire pour chacun des Chapitres. Et nous vivons le 37e!

 Quelle heure est-il dans notre Congrégation?  Quelle heure est-il dans notre monde?  Quels sont les signes de notre temps sur lesquels nous sommes appelées à réfléchir et auxquels nous avons à répondre?  Qu’est-ce qui vous reste de votre séjour à Tanger ou Port-au-Prince ou Beyrouth?

3

Partie 3 Le thème choisi pour notre 37e Chapitre général – En chemin dans l’espérance comme une seule famille apostolique – est riche en mission et en signification. Tout au long de l’année écoulée, à l’aide du matériel spiritual que nous vous avons offert, nous sommes entrées de plus en plus profondément dans les implications et les invitations de ce thème, en compagnie de Marie et d’Élisabeth.

Cela a été fait d’une manière générale avec les lunettes de la Visitation mais ce matin, nous sommes sur le seuil de notre Chapitre général, tout comme Marie se tenait sur le seuil de la maison d’Élisabeth et de Zacharie. C’est là, sur le seuil, que Marie fut saluée et c’est là que ces deux femmes ont senti la puissance de l’Esprit dans leur corps. Sentons donc consciemment que nous nous tenons sur le seuil de cet événement sacré, notre 37e Chapitre général… Écoutons les mots de notre thème comme des mots d’accueil. Et demandons-nous comme Marie ce que ces mots peuvent bien vouloir dire pour nous… pour que, comme elle, nos cœurs et nos intelligences, nos corps et nos esprits soient préparés à recevoir la semence de notre charisme et la faire naître de manière nouvelle.

 Qu’est-ce qui pourrait me garder sur le seuil de cette expérience et m’empêcher d’y entrer complètement?

3. EN CHEMIN

Le chemin est une métaphore commune et appropriée pour parler de notre vie. Nous pouvons nous rappeler avec gratitude le thème du Bicentenaire : En chemin avec Claudine, femme de foi, de pardon et de communion. C’est une image tellement riche que nous avons décidé de continuer à l’utiliser pour le Chapitre général.

Alors je vous demande : “Comment a été votre chemin, votre voyage?” Et vous pouvez interpréter ma question à plusieurs niveaux…  Comment a été votre voyage extérieur, votre chemin vers Rome ces jours-ci?  Comment a été votre cheminement intérieur depuis que vous avez été élue comme capitulaire?  Comment a été votre voyage, votre chemin au cours des six dernières années dans votre cœur, dans votre communauté, dans votre province ou délégation, dans votre Congrégation?

“Comment a été votre voyage?” demandons-nous souvent à quelqu’un qui vient de loin pour nous voir. Nous le demandons parce que nous aussi, nous avons voyagé et nous savons qu’en chemin, nous avons souvent eu des aventures excitantes, rencontré de nouvelles personnes, connu de nouveaux endroits et vécu de nouvelles expériences. Nous savons aussi que nos voyages sont souvent déconcertants, difficiles et même dangereux.

Quand nous allons à un endroit où nous ne sommes jamais allées, il y a souvent une dimension d’incertitude et d’anxiété sur le chemin. Mais quelle joie quand vous arrivez et que, parmi une mer de visage étrangers, vous voyez soudainement un visage familier! Vous voyez que quelqu’un vous cherche, vous fait signe de la main; quelqu’un vous attend. Tout à coup votre anxiété disparaît et vous vous ouvrez à de nouvelles choses, à de nouvelles réalités et relations, à de nouvelles cultures et questions. Peut-être avez-vous expérimenté cela à Tanger, Port-au-Prince ou Beyrouth.

4

C’était une étape sur votre chemin de préparation pour Rome : d’abord aller aux périphéries, à des zones fragiles. Comment a été votre voyage?

Même si au Maroc, au Moyen-Orient et en Haïti nous avons commencé à parler de certains aspects du Chapitre, le but profond de ces rassemblements était de nous engager les unes envers les autres là-bas, à ces endroits, écoutant des voix non familières, regardant de nouvelles réalités, sortant de nos zones de confort.

Cheminer vers les endroits marginaux nous aide à voir ce qui est central sous une nouvelle lumière. Est-ce que vous avez vécu cela? Et comme résultat de votre voyage à un endroit marginal, avezvous eu à faire des ajustements? Avez-vous relocalisé ce qui est central? (Mark Oakley, dans son livre, The Collage of God, pour cette réflexion sur le centre/les endroits marginaux).

Un autre pas sur notre chemin de préparation pour Rome en est un qui a duré six ans. Depuis 2013, comme personnes, comme communautés, comme provinces et délégations, comme Congrégation, nous avons été en chemin – un chemin unique qui a inclus des points tournants comme le Bicentenaire, le Plan apostolique global et l’étude économique de la Congrégation.

Dans le Rapport de votre Province, vous avez pris le temps et le soin de répondre à la question : ”Comment a été votre chemin?” Alors que nous commençons nos réflexions et nos délibérations à Rome, soyons attentives aux réponses à cette question que chacune de vous a données. Les expériences que vous racontez sont les lieux de l’œuvre de Dieu pendant ce temps, le terrain de la grâce de Dieu; là où l’Esprit a plané et a touché. Ces expériences sont la glaise avec laquelle les mains aimantes du Seigneur ont façonné notre unique Corps apostolique.

Nous voulons creuser profondément dans ce sol, en sortir ce qui est nouveau et riche et y planter des graines d’avenir. Nous n’essayons pas de mesurer le succès ou l’échec, de répéter l’un ou éviter l’autre. Nous recherchons l’évidence de la présence active de Celui qui a promis d’être avec nous. Ce sont les flèches qui vont pointer dans la direction du chemin à prendre pour les six prochaines années. La conviction que la présence et l’activité sont une musique à nos oreilles, “une lumière sur notre chemin”.

Selon le jésuite américain Joseph Tetlow, pour nous, religieuses apostoliques, Dieu est le Chemin. Au milieu de situations qui changent constamment, de besoins urgents et de ressources limitées, la question de l’évangile de Jean résonne en nous : “Seigneur, comment pouvons-nous connaître le chemin?” Mais la réponse nous donner de l’espérance : “Je suis le Chemin”.

4. ESPÉRANCE

J’aime ce que dit le Pape François : “L’avenir a un nom et ce nom c’est espérance. Espérer ne veut pas dire être d’un optimisme naïf et ignorer les tragédies de l’humanité. L’espérance est la vertu d’un cœur qui ne s’enferme pas dans l’obscurité, qui n’habite pas dans le passé, qui ne fait pas que survoler le présent mais qui est capable de voir un demain. L’espérance est la porte qui ouvre sur l’avenir”.

200 ans vécus dans la foi et l’espérance sont passés et maintenant, nous sommes à une autre étape de l’histoire de Jésus-Marie. S. Carol Zinn dit que la vie religieuse est une VIE et non une chose. Ce qui est vivant suit un schéma, un rythme naturel : naissance, croissance, stabilité et mort. Comme chrétiens, nous croyons dans le mystère pascal. Nous savons que la mort n’est pas une fin en ellemême mais plutôt un chemin vers une vie nouvelle.
5

Comme Congrégation, nous avons passé ces différentes étapes. La Congrégation est née le 5 octobre 1818; elle a grandi à travers une rapide expansion pendant 50 à 100 ans; et maintenant, nous sommes à différentes étapes – stabilité à certains endroits, déclin ailleurs. En prenant du recul, on voit que quand on ne s’adapte pas aux caprices du climat et de la culture, on meurt.

Cependant, nous regardons avec espérance les signes de vie nouvelle. Nous avons devant nous une belle image qui s’ajuste parfaitement au thème de notre cheminement et qui inclut aussi l’esprit plein d’espérance dans lequel nous voulons avancer : “Marie part…” C’est sa cousine qui nous dit que Marie est notre modèle d’espérance : “Heureuse celle qui a cru en l’accomplissement de ce qui lui a été promis!” (Lc 1,45) Nous savons que Marie a questionné ce qui lui a été dit : “Comment cela se fera-t-il?” et nous connaissons la réponse à sa question incluant l’affirmation : “Rien n’est impossible à Dieu.” C’est ce qui alimente notre espérance.

Pendant sa vie jusqu’au pied de la croix, Marie s’est accrochée à cette promesse remplie d’espérance qui lui avait été faite dans sa jeunesse. Son Magnificat est une célébration de l’espérance générée par cette foi. C’est une espérance solide et forte qui va au-delà des frontières de son expérience personnelle pour rejoindre le monde. Elle affirme que ce que Dieu veut pour le monde, il le fera advenir. Marie chante son espérance pour les pauvres, les petits, les affamés qui seront nourris, élevés et honorés. Elle chante son espérance pour toute l’humanité parce que “Dieu se souvient de sa promesse de miséricorde”.

5. UNE FAMILLE APOSTOLIQUE

Nous sommes envoyées dans le monde comme une famille apostolique avec la mission d’aider à faire advenir la vision du chant de Marie. C’est ensemble, en communion comme RJM, avec nos associés laïcs, avec d’autres, avec tout le monde humain et cosmique que nous essayons de consolider et d’approfondir, d’apporter le feu de notre charisme comme une famille qui partage la même maison.

Nous avons besoin de certaines orientations communes, d’une carte routière commune pour notre voyage, sur notre chemin; et notre dernier Chapitre général nous a offert des outils dans ce sens. Les 3 Priorités ont donné un focus commun et une même direction à notre mission. Partout dans la Congrégation, ces Priorités furent reçues et accueillies avec enthousiasme. Elles ont été vécues aux niveaux personnel et communautaire ainsi que dans nos diverses institutions.

L’engagement au pardon, à la réconciliation et à la guérison, notre première Priorité est un engagement à ne permettre à rien de rompre notre communion entre nous de manière permanente. Pendant les six dernières années, nous avons senti plus profondément le besoin et le défi que présente cette Priorité. Nous sommes façonnées et modelées par les personnes et les circonstances de nos vies comme Claudine le fut. Notre monde ressemble au sien en ce qui concerne l’urgent besoin de réconciliation et de guérison et nous nous sentons souvent impuissantes face à ce besoin.

Par notre 2e Priorité, nous nous sommes invitées les unes les autres à garder notre regard fixé vers l’extérieur. Religieuses de Jésus-Marie, regardant vers l’extérieur sur cinq continents; nous voyons différents visages et paysages mais nous nous sommes engagées à un focus commun : Regarder avec les yeux de Claudine. Nous savons que le regard de Claudine se portait sur “les plus pauvres,
6

les plus faibles, les plus démunis”. Nous savons que le charisme de Claudine nous rend capables de répondre à ce que nous voyons. (C 4)

Enfin, notre 3e Priorité a rendu plus explicite notre engagement pour la justice, la paix et l’intégrité de la création. Des initiatives dans ce sens ont été partagées via les pages web, Facebook, Skype et Zoom.

6. CONCLUSION

Mes chères soeurs, il y a beaucoup de gens qui, comme l’homme de l’histoire avec laquelle nous avons commencé, cherchent le sens à leur vie aujourd’hui… Nous pouvons les rejoindre avec les morceaux de bois, les câbles et le métal que nous avons… Nous avons notre charisme, nous avons des sœurs et des amis laïcs engagés, nous avons les 3 Priorités, nous avons les besoins du monde, nous avons le Saint-Esprit… C’est le matériel que nous avons entre les mains et que nous pouvons utiliser pour créer une belle musique qui donne aux gens un sens, une direction, qui leur donne le Seigneur…

Je l’ai déjà dit – c’est la mission que nous avons entre les mains maintenant, chères sœurs pour les prochaines semaines… faire de la musique! Tout en restant fidèles à nos racines, nous avons le défi d’être créatives avec nos ailes! Dvorak a composé la Nouvelle Symphonie du Monde. Nous pouvons faire de même! Nous pouvons créer une nouvelle symphonie avec notre charisme pour le monde d’aujourd’hui.

Chacune de nous ici aujourd’hui est responsable de la création de cette nouvelle symphonie. Responsable (response-able : jeu de mot en anglais) – capable de répondre, appelées à répondre, on se fie à nous pour répondre. Chacune de nous ici aujourd’hui est responsable de faire cette belle musique en écoutant, partageant et priant; en discernant, en parlant avec vérité et en laissant aller; en prenant des risques, en accueillant l’ambigüité et en prenant des décisions.

Chacune de nous ici aujourd’hui s’engage à la création de cette nouvelle symphonie. Engagée (commitment en anglais) vient du latin “committere” : com veut dire “avec”; mittere veut dire envoyer. Nous sommes envoyées avec, nous sommes envoyées ensemble établir des relations à travers la diversité. Nous ne sommes pas envoyées à éviter les désaccords ou à être timide face au conflit. Nous sommes envoyées à avancer à travers la différence et la divergence afin de trouver un terrain commun.

Nous nous engageons donc à nous écouter les unes les autres de telle sorte que mon écoute ait pour but de comprendre l’autre personne, de l’entendre sur son propre terrain, de laisser ses mots signifier ce qu’ils signifient pour elle et non ce qu’ils signifient pour moi.

Nous nous engageons à parler, non pas pour convaincre ou imposer mais pour donner la chance à l’autre personne de me comprendre.

Nous nous engageons à accepter de rester dans l’ambigüité, dans des zones grises et de ne pas voir clairement immédiatement, gardant la conversation ouverte pour chercher ensemble un chemin, une solution.

Enfin, nous nous engageons à discerner, à écouter la musique que Dieu rêve pour notre charisme dans le monde d’aujourd’hui. Il est si facile pour nous de tomber dans l’arrogance et la justification; de maintenir avec entêtement une perspective à courte vue. Soyons plutôt conscientes et
7

attentives au mouvement des grâces reçues et des grâces refusées parmi nous. Si nous cherchons sincèrement les mouvements de la grâce alors, comme le proclame un chant : “La grâce nous amènera chez-nous” Amazing Grace [from the hymn, Amazing Grace.]

Nos Constitutions nous disent que “nous sommes rassemblées au nom du Seigneur”. Nous sommes donc invitées à venir avec ouverture de cœur, d’esprit et de volonté, à renoncer à nos préjugés, jugements et peurs; à écouter la musique de celui qui nous a promis qu’il serait avec nous.

Quand nous étions à Tanger et à Beyrouth, immergées dans la culture arabe, nous avons remarqué les belles mosaïques qui nous entouraient. En nous regardant comme groupe, comme unique communauté rassemblée pour faire de la musique ensemble, je me souviens de ces magnifiques mosaïques. Nous sommes une mosaïque de visages, de cœurs, une mosaïque représentant la richesse et la diversité de la Congrégation des Religieuses de Jésus-Marie en chemin dans l’espérance comme une seule famille apostolique aujourd’hui.

La diversité faite de chaque pièce individuelle, le ton ou la forme particulière, la forme ou la texture unique, voilà ce qui donne la splendeur et la beauté à la mosaïque. Comme chaque note, chaque accord et même chaque silence produisent l’harmonie et la beauté d’une pièce de musique.

Mes sœurs, faisons de la musique, créons une nouvelle symphonie, chantons à voix haute ce que le Seigneur a fait avec nous.

Voici la promesse : Il est au milieu de nous Sa présence est le “Chemin” pour nous. Sa présence est le terrain de notre espérance. Sa présence est ce qui nous lie ensemble comme un seul corps apostolique et qui nous envoie.

Comme femmes de foi, comme Marie, croyons en sa promesse. Prenons un moment de silence pour inviter l’Esprit dans nos cœurs, pour être conscientes de la présence de Marie notre Mère et de notre chère sainte Claudine : En chemin dans l’espérance comme une seule famille apostolique. Amen.

LOUÉS SOIENT À JAMAIS JÉSUS ET MARIE



One Response to Allocution d’ouverture – 37e Chapitre général S. Monica Joseph RJM

  1. UDEH Sandra says:

    Bon courage et union de Prière.

Répondre à UDEH Sandra Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Revenir au début ↑